De Google Now à Ingress, les avancées de la géolocalisation chez Google en 2012

geolocalisation
Avec Google Now, assistant personnel pour les mobiles Android, et Ingress, le jeu en réalité augmentée, Google a sorti en 2012 deux grandes nouveautés dans le domaine de la géolocalisation. Inventions géniales ou effrayantes ?
Un assistant personnel intelligent sous la forme d’une application basée sur la reconnaissance vocale et l’usage du langage naturel pour apporterdes réponses aux requêtes des utilisateurs, faire des recommandations et effectuer des actions en déléguant certaines requêtes à des services en ligne… Siri ? Et non. Google fait concurrence à Apple avec Google Now, apparu pour la première fois en juin 2012, inclus par défaut dans la version 4.1 d’Android (« Jelly Bean »), et qui a fonctionné pour la première fois sur le Galaxy Nexus.
Par exemple, si vous avez un rendez-vous inscrit dans votre agenda, Google Now va vous aider à arriver à l’heure en vous communiquant les options de moyens de déplacement possibles et les temps de trajet. La condition sine qua non de ce service est la nécessité d’être géolocalisable en permanence. L’activation de Google Maps ouvre automatiquement Google Now. Avec Google Now activé, Google va pouvoir nous suivre partout et pouvoir récupérer des informations afin de dresser de nous un portrait très « qualifié ». Il utilise notamment la carte d’historique Google Latitude (voir encadré).
Selon Larry Page, le PDG de Google, « les gens ne veulent pas que Google réponde à leurs questions. Ils veulent que Google leur dise ce qu’ils doivent faire. » Google Now est donc un assistant personnel, automatique et prédictif, pour faire de nous des assistés par Google.
Pour l’instant Google Now ne concerne que les 10% de terminaux équipés de la version Jelly Bean, 4.1 et 4.2, d’Androïd, mais Google annonce son arrivée sur PC, lors d’une prochaine actualisation de son navigateur Chrome.
Google Latitude
Si vous avez un compte Gmail, avez-vous déjà reçu et ouvert le mail ayant pour objet « Google Reporting Privacy Reminder » ? Pour préserver votre vie privée, il vous avertit aimablement en anglais que votre mobile collecte des données sur vos déplacements. Il vous explique que si vous ne le désirez pas vous devez désactiver cette fonction et si vous ne l’avez pas déjà fait en cliquant le lien: «View My Location History».

exemple d' historique géolocalisation de Google Latitude
Exemple: capture d’écran d’Historique Latitude (déplacement d’une journée)

Parce que votre mobile interroge régulièrement le réseau via les antennes GSM environnantes Google Latitude, va pouvoir trianguler votre position (éventuellement la partager) puis la  coupler à Google Maps et arriver au résultat précédent.
Vous pouvez ensuite visualiser une deuxième page : « le tableau de bord ».

Extrait du Tableau de bord dans Google Latitude

Extrait du Tableau de bord dans Google Latitude

Vous y verrez que Google a enregistré vos lieux visités sur des périodes que vous pouvez faire varier, vous signalant au passage les lieux, hôtels, restaurants, commerces, institutions, écoles, etc. à proximité desquels vous êtes passés, qu’il a réussi à estimer votre temps de travail hebdomadaire, le temps passé à l’extérieur de chez-vous, puis à l’intérieur. Il a donc inventé une sorte de Personal Manager Reporting !

 

De la collecte à leur interprétation : Google a choisi sa grille de lecture et bâtit une analyse de votre comportement.


Ingress, quand la géolocalisation devient un jeu pour Google

Copie d'écran d'Ingress En même temps qu’il démarrait son service Google Now, Google trouvait le moyen de faire se lever de leur fauteuil les fans de Mmorpg*! Désormais s’ouvrait une nouvelle ère/aire de jeu : le  monde réel (« the world is the game » selon Ingress ). Lancée en juillet 2012, la dernière création du département Niantic Labs de Google a été testée six mois avant de démarrer  officiellement en novembre. Ce jeu d’immersion en réseau transforme le possesseur de mobile en joueur évoluant dans le monde réel « augmenté » de portails associés à des lieux publics : il  est basé fondamentalement sur la géolocalisation et la prise de photos de ces dits lieux. Les joueurs, divisés en deux groupes, les « éclairés » et les « résistants », doivent arpenter les rues de la ville pour collecter de la XM (Exotic Matter). Tout d’abord dans des lieux publics puis bientôt dans des lieux privés, des commerces et des produits vont être intégrés au jeu et nous imaginons très bien pourquoi.
L’étape suivante, c’est l’arrivée des fameuses lunettes Google au printemps 2013. Ce sera plus agréable de jouer avec des infos qui s’affichent directement dans son champ de vision qu’en marchant les yeux rivés sur l’écran de son mobile.logo Ingress

Géolocalisé sans fin

De ces traces que nous laissons depuis que ces systèmes de collecte existent, Google et d’autres vont fabriquer un univers de flux d’informations parfois fictives, mêlé intimement à notre monde réel, auquel nous accèderons avec nos mobiles et ainsi nous pourrons  jouer…dans la vraie vie.
Cerebro dans le film X-Men

Cerebro – le fameux ordinateur neuronal dans X Men

La science-fiction n’a jamais été aussi proche. Et si quelque part il existait une sorte d’ordinateur « neuronall » comme le  » Cerebro » des X Men.  Peut-être ? Allez chassez votre paranoïa. Il vous reste encore la possibilité de désactiver Google Latitude, ou de ne jamais utiliser Google Maps !
* Massively Multiplayer Online Role-Playing Game : jeu de rôle en ligne massivement multijoueurs.
Menu Principal