E-réputation : la quête de reconnaissance

Caricature Réseaux Sociaux

Notre société regorge d’images et de « mises en scène de soi » quotidiennes dans laquelle se bâtir un profil sur le web est devenu l’affaire de tous. Référencement, photos, vidéos, CMS : la facilité avec laquelle on peut désormais s’auto-promouvoir est typique du web, mais ne devient pas expert qui veut. Pourtant, cultiver son « personal branding »,  c’est utiliser tous les moyens à sa disposition pour paraître « expert » et connecté, sans que cela soit forcément le cas.  Exister sur le web semble même être devenu une finalité absolue.

S’exposer à tout prix sur le web

logo réseaux sociauxLes réseaux sociaux  et les applications mobiles ont mis en lumière un penchant que nous avions déjà : celui de vouloir s’exposer à tout prix « publiquement ». Paradoxalement, nous oublions bien souvent l’aspect « publique » de ces médias, aveuglés par le cocon rassurant de ces outils devenus (trop) familiers.

Rappelons-nous une règle essentielle : tout ce qui est publié sur le web peut-être tôt ou tard rendue publique. Partant de ce postulat, les mauvaises surprises sont évitées et la gêne, des rétrospectives Facebook par exemple (NB : un diaporama fait par Facebook de nos publications de l’année) est esquivée. Sur le web, rien ne se perd et on le réalise lorsque Facebook fait remonter des statuts ou de vieilles photos postées quelques années en arrière. Nos traces numériques nous dérangent alors car nous y sommes intimement liées.

A ce sujet, une vidéo illustre bien ce propos : un homme s’adresse à des femmes dans la rue en affirmant les suivre sur Instagram. Les femmes quelque peu désarçonnées, semblent enfin réaliser l’impact des traces numériques qu’elles ont semées. Mais l’appel au « selfie » est bien trop fort.

L’individualité au cœur des réseaux sociaux

Derrière ces « autoportraits numériques » que nous dressons, il n’est plus question d’anonymat ou de pseudonyme mais bel et bien de l’individu avec ses opinions, sa religion, et sa propre culture. Les géants du web tels que Facebook ou Twitter l’ont bien compris et les polémiques autour du  traitement qu’ils mènent sur ces données personnelles ont fait couler beaucoup d’encre. Les internautes commencent d’ailleurs à s’en lasser et semblent vouloir revenir à un mode de communication plus anonyme. La preuve, le succès du réseau social Whisper basé entièrement sur l’anonymat a ravi les Américains. Sur cet exutoire géant, les internautes « masqués » y dévoilent leurs états d’âme et leurs confessions inavouées.

Au delà de l’aspect narcissique des réseaux sociaux, la quête de reconnaissance est le leitmotiv de toutes les entreprises désireuses de faire du « business ». Certaines sont persuadées qu’être visible sur le web suffira à prouver leur légitimité.

« L’influence n’est pas la popularité » (Brian Solis)

A mon sens, notoriété n’est résolument pas synonyme d’e-réputation, l’un signifie « exister sur le web », quand l’autre veut dire « être reconnu » dans son domaine d’expertise. Cette subtile différence confirme que collectionner les réseaux sociaux ne suffit pas pour revendiquer sa légitimité. Et malgré l’opinion générale, le web n’offre pas toujours une place pérenne à ceux qui le voudraient. Ceux qui pensent, à tort, que tweeter régulièrement cultivera leur e-réputation ont cependant l’art et la manière de peaufiner l’image qu’ils souhaitent renvoyer. Leur secret ? Etre présent partout (blog, site vitrine, réseaux sociaux) et viser la première place dans les résultats de Google pour augmenter les chances d’être pris au sérieux au delà des clics.

La curation de contenu pour être reconnu

A cause de la sur-information et de la concurrence, s’exprimer sur le web devient très difficile. De ce fait, pour démontrer son expertise, il faut produire du contenu de qualité : utile et régulier. Mais le manque de temps et de moyens pour le faire rend la tâche quasi impossible. Alors, une des solutions efficaces pour démontrer son « leadership » rapidement est de pratiquer ce qu’on appelle la « curation de contenu ».

logo scoop it

Logo de l’outil de curation Toulousain Scoop.it!

La curation de contenu c’est faire de la veille sur un sujet précis et donc de collecter, éditer et partager de l’information. En tant que spécialiste dans un domaine particulier, la curation incite à partager les écrits intéressants de ses pairs (voire de ses concurrents) en y apportant une valeur ajoutée : points de vue, contexte, enjeux, anecdotes utiles…Non seulement cette pratique contribue à trier les contenus présents sur le web (au delà de l’indexation des contenus menée par les robots de Google) mais elle est aussi un moyen efficace pour dispenser ses connaissances. Grâce à des outils de curation de contenu comme Scoop.it ! beaucoup d’entreprises sont devenues des leaders dans leur domaine et sont aujourd’hui reconnus par une communauté d’internautes fidèles.

 

Alice Robert

Menu Principal