L’éphémère et l’instantanéité : composantes du web social

ephemere dans le web

Ephemeralnet ou l’Internet de l’éphémère, c’est vivre le web en temps réel, avec des données échangées disponibles pendant un laps de temps restreint. La photo en est le symbole car elle fait référence aux souvenirs de chacun et au temps qui passe.

Des tendances sociétales qui durent

Les notions d’éphémère et d’instantanéité sont issues de tendances sociétales qui ont contaminé le web et ses usages.
Le web éphémère se caractérise selon plusieurs aspects :

Une liberté sous l’anonymat et le pseudonymat. Les internautes montrent un intérêt grandissant pour le droit à l’oubli et la protection des données. Par crainte d’une exposition grand public, les pseudos sont de rigueur. Les lieux d’échanges sont aussi stratégiques et selon eux « sécurisés », avec une disparition des données transmises qui est vu comme un « non traçage » de leurs actions.

Une question de génération qui souhaite naviguer sans laisser de traces. La génération Y ou les digital natives, sont des inconditionnels de ces tendances de communication massive, privée et rapide. C’est la génération du « no futur », pas de projection dans l’avenir, profit de l’instantanéité, et effacement du passé. Le but étant d’émanciper des usages web antérieurs, à la recherche d’indépendance, de respect des données personnelles et d’une virtualité toujours plus proche du réel.

Plus de mobilité et de temporalité. Le temps passe, les souvenirs s’effacent et les informations s’entassent, c’est le sentiment des internautes pour qui « partager » est un besoin et « gagner du temps » est une nécessité. Pour retrouver ses repères, l’internaute fige des moments à partager sans laisser de trace. Cela aura comblé le temps d’un envoi, le besoin d’expression et de reconnaissance. Le « tout de suite » est le symbole de l’hyper mobilité : être partout et nul part à la fois.

horloge

Un besoin de personnalisation et de valorisation. Dans cette masse du « tout de suite » et du « tous pareils » où l’effet de mode est roi, l’internaute a besoin de sortir du lot, d’être autonome, de créer et de produire soi-même. Cela lui permet de mettre en valeur et d’être valorisé par le regard des autres.

Ces phénomènes du web social, une aubaine pour les professionnels du web

Le web social est un réseau qui axe ses usages vers les besoins de communication, de comparaison, d’échange et de rencontre. Il s’agit d’un ensemble de médias éphémères permettant des échanges de données en masse.

web-social
L’éphémère et les entreprises, une histoire qui date
Depuis les années 2000, les marques ont compris l’intérêt d’axer leur communication sur la nouveauté et le souvenir du moment. Avec les pop-up store ou encore la publicité ciblée avec de événements de courtes durées sur internet, l’instantanéité est devenue un enjeu stratégique pour les professionnels. Il est important de capter les codes et cultures des cibles pour faire la différence. Même devant un écran la réaction se fait à l’affect : « touchez la sensibilité et toutes les craintes vont s’envoler ».

Si l’on prend le cas des applications de transfert de photos éphémères, elles rencontrent un franc succès pour les digital natives car ils y trouvent une totale liberté de partage entre communauté dans un cadre restreint. La séduction fonctionne tellement bien, qu’ils ont une confiance aveugle envers la sécurisation et l’utilisation des données transmises sur ces applications.

Dans cette course acharnée à la nouveauté et à la surprise, les entreprises rivalisent d’ingéniosité pour faire la différence. Mais l’épuisement gagne du terrain, les bonnes idées se font plus rares et l’intérêt des internautes se dissipe. Le flux d’information, la rapidité des échanges et le besoin du « toujours plus » peut avoir un effet néfaste sur l’activité d’une entreprise qui finit par perdre son objectif premier : développer son chiffre d’affaire et satisfaire son client pour le fidéliser.

Conclusion
Le succès du web éphémère est dû à l’usage massif des réseaux sociaux, au déploiement du web mobile ainsi qu’à la réponse à des besoins. Ces nouveaux usages sont étroitement liés aux changements sociétaux et à la démocratisation du web.
Des limites ont été mises en lumière, la première limite concernant la notion de destruction des traces numériques, ces procédures sont aujourd’hui opaques et très rarement appliquées. La seconde limite est la disparition de supports de données externes, qui ont pour rôle de stocker les souvenirs et couvrir le devoir de mémoire.
La volonté de naviguer toujours plus vite, toujours plus simplement et toujours plus gratuitement, est-elle possible sans laisser de traces ?

Coralie
coralie-huger.com
logo-coralie-huger-

Menu Principal