Les enjeux des fake news dans l’information des médias

La fake news est un terme devenu commun en 2018, presque banal tant c’est un fait d’actualité. Ces informations délibérément fausses relayées par les médias servent à faire parler et à faire vendre de l’information. La problématique pour le lecteur est désormais de distinguer les fausses informations des vraies.
Les médias perdant de la crédibilité, il est judicieux de se demander si l’information est correctement relayée.

De fausses informations à réelles conséquences

Qu’est-ce qu’une fake news?

1- Le terme général

Le terme de fake news se traduit en français par une information fallacieuse, une fausse nouvelle ou bien même une infox.
Ce sont des informations délibérément fausses, qui sous-entendent l’intention d’induire en
erreur. Elles peuvent venir d’un média ou d’un homme politique dans le but de faire parler de lui (dans le cadre d’une élection par exemple), ou bien tout simplement de n’importe

quel individu. Ces fake news participent à des tentatives de désinformation, que ce soit via les médias traditionnels ou via les médias sociaux, avec l’intention de duper les personnes. Fabriquées et diffusées volontairement, elles ressemblent souvent à de vraies informations. On a donc une fausse information qui circule et qui est partagée des milliers de fois ce qui contribue à sa propagation.

 

2- Le terme de loi

À l’origine, une fake news est désignée comme « toute allégation ou imputation d’un fait dépourvu d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable ». (cf France Info)
Les politiques et syndicats ont rapidement revu la définition car elle n’était pas compréhensible.
Désormais, une fake news désigne « toute allégation ou imputation d’un fait, inexacte ou trompeuse » (cf France Info). Delphine Millet, avocate spécialiste du droit de la presse, a été auditionnée par la commission des lois. Contactée par RTL.fr, elle estime que « ça ne change pas grand chose. Cette définition pose toujours la question de ce qui est une bonne ou une mauvaise information ».

 

La fake news lancée par Charlotte d’Ornelas fait polémique

«Manuel Valls à Barcelone : l’énorme «fake news» d’une journaliste trompée par Nicolas
Canteloup dans L’Heure des pros »

Après l’officialisation de la candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone, la journaliste Charlotte d’Ornelas a fait une erreur grossière en lançant une fake news.
En effet, Nicolas Canteloup, humoriste et imitateur français, a imité Manuel Valls sur
Europe 1 en disant «Je suis un Espagnol en vacances en France depuis une quarantaine
d’années..».
Cette information a fait scandale puisque dans l’émission «L’heure des pros» de Pascal Praud, la journaliste de Valeurs Actuelles a été choquée par la phrase de Manuel Valls et l’a montré. Elle dit même «Mais on est où là ? Il était Premier ministre, il est député aujourd’hui, c’est surréaliste!» sans même avoir vérifié l’information.
Or, cette phrase n’a jamais été prononcée par Manuel Valls.
Quelques minutes plus tard, Charlotte d’Ornellas, consciente de son erreur, a dû faire marche arrière et s’excuser auprès du public «Je reconnais humblement m’être trompée, c’est donc Canteloup qui a prononcé cette phrase à la place de Manuel Valls mais Canteloup est tellement bon que j’ai cru que c’était Manuel Valls». Cette information a quand même été propagée sur les réseaux sociaux et de nombreuses personnes y ont cru.

 

Comment les médias traitent ces informations

« À défaut d’avoir recours à la force pour contrôler les populations, on peut parfaitement la
contrôler par l’opinion » – Harold Laswell, spécialiste des médias.

La prolifération des fake news et l’usage des médias sociaux pour influencer l’opinion ont
considérablement dégradé leur image. Cela ne nous vient pas nécessairement à l’esprit, mais comme les médias nous offrent leurs informations de façon pratiquement gratuite, c’est nous qui sommes en réalité le « produit », lequel est vendu aux annonceurs en quête de visibilité, d’un auditoire, d’un lectorat.
La prolifération des fake news et l’usage des médias sociaux pour influencer l’opinion ont
considérablement dégradé leur image. Le phénomène des fake news aura eu un bienfait : il aura sensibilisé les consommateurs à la vérification des contenus et à l’importance du regard critique. Mais dans le même temps, les citoyens sont devenus plus méfiants envers les journalistes. Les réseaux sociaux, les moteurs de recherche et plus généralement les plateformes ont considérablement modifié l’accès aux médias, mais aussi leur contenu.

 

Marion De Lacvivier

https://mariondelacvivier.fr/

 

Sources :

Fakenews définition: Wikipedia
https://www.rtl.fr/actu/politique/qu-est-ce-qu-une-fake-news-7793993235
https://www.programme-tv.net/news/tv

Photo: Pixabay

Catégories
Danger du web
Menu Principal