Les objets connectés, nouvel avatar de la colonisation numérique ? Le cas de la e-santé

Trois marchés principaux ressortent lorsqu’on aborde aujourd’hui le thème des objets connectés : la santé, la sécurité et la domotique. Les données concernant la e-santé sont à ce jour mal organisées et très sensibles. Grâce à l’arrivée du Big Data, et aux avancées scientifiques, une médecine des 4P (Prédictive, Préventive, Personnalisé et Participative) est en train d’émerger. Le développement des objets connectés dans le milieu de la santé annonce-t-il un nouveau tournant dans la colonisation numérique ?

Les objets connectés : Définition et Chiffres

Selon l’étude du Data Bridge Market Research, le marché de l’internet des objets connectés en 2016 représentait 157 milliards de dollars. Ce chiffre devrait croître de 30% par an jusqu’en 2024. On estime en 2017 le nombre d’objets connectés à environ 8,5 milliards dans le monde. Le nombre d’objets connectés pour l’horizon 2020 est estimé entre 50 et 80 milliards.

Les objets connectés sont des objets électroniques sans fil. Ils sont forcément reliés à notre smartphone, tablette ou encore ordinateurs. Ceux-ci s’envoient et se partagent des données, des informations qui sont analysées et gérées selon l’environnement dans lequel ils sont utilisés.

Du fait de l’évolution grandissante du marché de la e-Santé, des industriels du médicament, des assureurs ou encore les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) créent des « alliances » pour se développer plus rapidement.

Colonisation numérique et objets connectés

Nous voyons naître une société de surveillance généralisée liée avec la colonisation numérique. Le principe de colonisation par le passé a consisté à prendre toutes les ressources possibles aux colonisés tout en les maintenant dans un état d’infériorité. Nous sommes en train d’assister à une colonisation « moderne ». Aujourd’hui les ressources sont nos données et les grosses entreprises se les accaparent sans compter notamment à l’aide des objets connectés.

Comment sont utilisées nos données ?

On estime que d’ici 2020, une personne sera en possession d’environ six objets connectés. Sans compter toutes les informations qui sont collectées par le biais d’internet sur nous. Il sera possible seulement avec les objets connectés et la montée du Big Data et du croisement de l’information de pouvoir réaliser un profilage précis pour chaque personne, ce qu’il fait, ce qu’il aime, ses habitudes… Ces informations sont une mine d’or pour les commerciaux qui pourront alors proposer, mettre en avant pour chaque individu un produit dont il aurait besoin.

« Si vous ne payez pas le produit, vous êtes le produit »

Cela aura pour conséquence la création d’une image miroir, virtuelle de chaque individu grâce ou à cause de la collecte de données mises à jour à chaque instant. Le Docteur Richard Tynan nous parle de « Doppelgängers », des images miroirs qui « vivent » dans le cloud et qui sont consultables à tout moment et facilement par les agences de sécurité et de renseignement. Il est important de rappeler que la NSA (National Security Agency) peut demander à Google toutes les données concernant une personne en toute légalité. Ce qui nous montre ici l’importance de l’avatar numérique que Google a déjà sur chacun d’entre nous.

Objets connectés et sécurité des données :

Les objets connectés ne respectent pas ou très peu les normes de sécurité en termes de cyber sécurité et sont donc très sensibles au piratage. Chaque objet supplémentaire qui sera connecté amènera une faille de sécurité dans le système.

Se posent alors les questions sur la pratique des collectes de données et plus principalement la sécurité des internautes concernant cette collecte. Ce n’est effectivement pas les longues pages des « conditions légales d’utilisation » que l’on accepte sans même lire qui vont nous permettre de savoir comment les entreprises gèrent nos données et ce qu’elles en font.

On rentre alors dans un cercle vicieux avec les autorités, utilisant le prétexte de la sécurité, qui veulent elles-mêmes accéder à nos contenus, données personnelles et smartphone pour nous protéger.

La e-Santé du côté du consommateur

Le milieu de la santé est actuellement un des trois marchés les plus ouverts à l’accueil des objets connectés en France. Le nombre de ces objets est en train d’exploser et on commence seulement à entrevoir les possibilités qu’ils peuvent nous offrir. Nous allons donc voir quelles sont les principales utilisations de ces objets pour notre santé et bien-être au quotidien.

Suivre et améliorer sa santé soi-même

On retrouve ici les utilisateurs et objets connectés qui ont un usage strictement personnel. Parmi ces objets, ressort principalement la balance connectée qui va nous donner tout un panel d’informations concernant notre courbe de poids, de nos masses grasses, osseuses ou encore musculaires. A partir de ces informations, on peut adapter notre régime alimentaire ou s’imposer une activité physique. Se retrouver devant des chiffres est très stimulant et réussit à faire bouger et réagir les personnes.

Dépistage, alerte et prévention des risques

Sont présents ici les objets qui peuvent apporter des données rapidement à son médecin en cas d’urgence ou anomalie. Par exemple, les tensiomètres, pulsomètres, cardiofréquencemètres. En cas d’anomalie, le patient est averti directement et peut appeler son médecin qui aura grâce à ces objets suffisamment de données pour réaliser un diagnostic.

On trouve également des thermomètres connectés utilisés principalement par les jeunes mamans pour surveiller la température de leur bébé.

Suivi d’activité et coaching

Très présents sur le marché, les objets connectés qui vont nous permettre de tracer notre activité physique. Le nombre de calories dépensées lors de notre footing ou nage, les distances parcourues, le temps… Tout un tas d’informations que l’utilisateur a pris de plus en plus l’habitude d’avoir avec soi qui le conforte et rassure dans sa pratique physique. Se trouvent à la tête du marché dans ce milieu, les montres connectées. Ce produit a pris la relève des bracelets connectés qui se sont effondrés en 2016-2017.

Sécurité et données e-Santé ?

Grâce à toutes ces données seulement sur dans le milieu médical, il sera possible dans les années à venir d’avoir accès à de véritables « avatars médicaux » pour chaque personne.

Les personnes qui seront capables d’avoir accès à ces avatars auront une responsabilité importante vis-à-vis des personnes elles-mêmes. La collecte de données par certains objets connectés peut sembler anodine. En revanche, qu’en est-il des données plus sensibles ? Un diabétique qui aurait besoin d’un rappel pour se faire une piqûre d’insuline ou encore une personne ayant un pacemaker connecté, serait très vulnérable à du piratage si ces données étaient divulguées.

On peut effectivement dire que les objets connectés aujourd’hui sont un avatar de la colonisation numérique. Avec un nombre s’élevant à au moins 50 milliards pour les années 2020, ces derniers permettront et alimenteront le nombre de données personnelles collectées drastiquement. En prenant l’exemple des objets présents dans l’e-santé cela permettra d’avoir un « avatar médical » pour chaque personne. Cela est une grande avancée dans le milieu médical qui facilitera les relations médecin-patient mais ces données seront également disponibles pour des commerciaux ou tierce-personnes qui pourront en faire un tout autre usage.

 

 

 

Antoine Berthonnaud

Sources:

https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/data/solange-ghernaouti-nous-sommes-dans-l-ere-de-la-colonisation-numerique_36682

https://www.objetconnecte.com/cauchemar-surveillance-objets-connectes/

https://stylistme.com/marche-des-objets-sante-connectes/

https://www.lamutuellegenerale.fr/le-mag-sante/prevention/objets-sante-connectes-utiles-aujourd-hui-indispensables-demain.html

https://www.letemps.ch/economie/2017/09/18/sante-passe-lere-big-data

https://citedelobjetconnecte.com/charte-distribution-objets-connectes-de-french-tech/

Menu Principal