Les réseaux sociaux et la notion de l’intime chez l’adolescent.

vie privée

Interview de Juliet : « Ce qui est privé, je ne le partage pas sur Facebook.»

 

Juliet, 16 ans, lycéenne

Juliet, 16 ans, lycéenne

Juliet a 16 ans, elle est en première et possède, depuis ses 13 ans, différents comptes sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Tumblr. Pour Juliet, comme pour beaucoup d’adolescents, se connecter est devenu un réflexe quotidien. Nous avons échangé avec elle pour connaître sa pratique des réseaux sociaux et sa définition de l’intimité.

Quel type d’informations partages-tu et avec qui?
J’échange des informations uniquement avec mes amis, ça me permet de toujours rester en contact avec eux. Par contre, dans mes contacts, il n’y a que des personnes que je connais. Je partage des photos, des évènements, mes soirées, mes sorties… un peu ma vie ! Mais surtout pas mon numéro de téléphone ou mon adresse.

Quel type de photos partages-tu?
Des photos de voyage ou de soirées, des photos que j’ai prises avec mes amis.

Te donnes-tu des limites dans les contenus que tu échanges ou même dans les photos que tu diffuses ?
J’essaie de choisir des photos qui donnent une bonne image de moi, qui ne sont pas déplacées ou choquantes. Je fais en sorte que rien ne soit compromettant pour moi ou même pour les personnes qui sont sur mes photos. Par exemple, si on fait une soirée où certaines personnes ont bu trop d’alcool, je ne les mets pas ! Par contre je sais que beaucoup ne font pas attention à ça.

As-tu déjà partagé des infos et regretté ensuite de l’avoir fait ?
Oui, une fois sur Twitter je discutais beaucoup avec une fille et je lui avais donné mon numéro de téléphone. Alors elle s’est mise à m’envoyer des messages tous les jours et c’était assez pénible ! Ça s’est réglé facilement puisqu’à ce moment-là, j’ai perdu mon téléphone et j’ai changé de numéro. Mais je ne l’ai plus jamais refait.

T’est-il déjà arrivé de lire ou de voir des choses que tu jugeais choquantes ou compromettantes ?
Oui, pour faire des blagues, il y en a qui s’amusent à mettre les numéros de téléphone des autres sur Facebook.

Tu les avertis dans ces cas-là ?
Non, pour les exemples que j’ai en tête, ce sont des gens que je côtoyais quand j’étais au collège mais je ne les fréquente plus donc je ne leur ai rien dit. Mais je sais qu’il ne faut pas donner les numéros de téléphone.

D’après toi ces données sont accessibles à qui ?
Quand j’ai paramétré mon profil, j’ai essayé de bloquer au maximum mes paramètres de confidentialité, pour que mes informations ne soient visibles que par les personnes que je connais… mais tout le monde a accès à un certain nombre de choses comme la photo sur l’accueil et les informations générales.

Combien de temps penses-tu que ces informations restent sur internet ?
En fait, au lycée, on a eu une conférence là-dessus et on nous a informés sur les risques qui existent sur les réseaux sociaux. Donc je sais que les images que l’on diffuse restent après, mais je ne sais pas du tout combien de temps.

Penses-tu que les réseaux sociaux puissent un jour avoir une incidence sur ton avenir ?
Oui, si demain je passe un entretien, j’ai conscience que le recruteur risque de visiter mon profil, c’est pour ça que j’évite de poster des photos compromettantes.

Quelle est ta définition de l’intimité ?
L’intimité, c’est ce qui est privé, ce qui ne regarde personne. Ce qui est privé, je ne le partage pas sur Facebook.

Angélique Fontaine

Mots clés
· ·
Catégories
Vie privée
Menu Principal