De la réputation à l’e-réputation : un essai de définition

e reputation

Qu’est ce que la e-réputation ?

Avant de se pencher sur ce qu’est l’e-réputation, il serait bon de se concentrer sur ce qu’est la réputation. Car si la première date de quelques années seulement, la seconde existe depuis la nuit des temps et est au cœur de tout réseau social, bien avant Facebook et MySpace.
Littéralement, la réputation est la manière dont quelqu’un ou quelque chose est connu et considéré dans un public. On se place donc d’emblée dans une notion de groupe et de réseau. Elle se construit favorablement ou non, de façon directe ou indirecte, en fonction de ce que l’individu produit comme informations sur lui-même et de ce que des intermédiaires produisent sur lui. Derrière ces informations, résident un ensemble de points de vue subjectifs, même si ceux-ci peuvent se baser sur des faits réels.
Parler de réputation, c’est aussi parler de temps et de durée. La réputation se construit sur le long terme pour constituer au final une sorte d’identité sociale. Elle devient ainsi un cadre contraignant dans lequel va naviguer l’individu. Pour garder sa réputation, il doit être à la hauteur de celle-ci et ne peut sortir du réseau sans en supporter le coût.

Renvoyer une bonne image de soi

A partir de là, chacun va faire en sorte que cette réputation soit la plus favorable possible, afin de renvoyer auprès de son réseau une bonne image de soi ou de son groupe. Mais là encore, qu’est-ce qu’une bonne image de soi ? Il faut y voir une forme d’idéal, un subtil mélange entre  ce qu’on est réellement et la manière dont on aimerait être vu. Cet idéal est dynamique – il évolue avec le temps – et multiple car chacun ne joue pas le même rôle dans les sphères publiques et privées, au travail ou avec ses amis, en petit comité ou en communauté. Avoir une bonne image est aussi fonction des codes dominants dans une société qui évoluent en fonction des cultures, des pays et des époques.
Au final, ce que les autres perçoivent de nous ne correspond pas forcément à cet idéal. D’où un travail au quotidien sur tous les aspects de sa personnalité et de son comportement. Chacun sème un peu de soi et laisse ainsi ses traces, matérielles ou non, qui permettent aux autres d’élaborer son image et sa réputation.

L’e-réputation, un phénomène réel transposé sur le web

Quelle différence avec le web ? Il n’y en a pas, pourrait-on dire. Réputation et e-réputation reposent sur une même souche : les rapports sociaux. Et l’e-réputation n’est clairement pas née avec les nouvelles technologies mais reste un phénomène réel transposé sur le web, qui a ses propres caractéristiques.

e-réputation - réseau

L’e-réputation a pris son envol avec l’avènement du web 2.0, et notamment des réseaux sociaux

D’un point de vue historique, elle s’est retrouvée propulsée sur le devant de la scène avec l’émergence du web 2.0, des réseaux sociaux et notamment l’arrivée de Facebook, en 2006.
Si différence il y a entre réputation et e-réputation, il s’agit bien d’une question de média et d’ampleur. Le web 2.0 offre en effet des possibilités d’interaction démultipliées, avec de nombreux canaux différents. Il donne aussi un espace de visibilité aux propos de tout un chacun, ce qui ne veut pas dire que la légitimité suit. Avant d’analyser un propos quel qu’il soit, il semble donc primordial de s’interroger sur la légitimité et le degré d’implication de celui qui écrit.

Vers une identité multiple

A côté de l’identité réelle va donc se développer l’identité numérique de chacun, probablement plus difficile à gérer et à appréhender : d’abord parce qu’elle est beaucoup plus dynamique, ensuite parce qu’elle est plus difficile à mesurer et à surveiller. Cette identité numérique va venir se superposer à l’identité qui existe déjà dans le monde réel, avec laquelle on jonglait déjà selon le contexte. Elle est multiple et c’est pourtant bien elle l’une des souches de l’e-réputation.

Catégories
E‐réputation
Menu Principal