Vie privée : lorsque la reconnaissance faciale envahit la toile

Google glass

Photos, tags et reconnaissance faciale… Alors que l’outil Graph Search de Facebook va bientôt pointer son nez en France et que des applications sont déjà développées sur Google Glass pour pouvoir reconnaître l’identité d’un inconnu dans la rue, comment garderons nous notre vie privée intacte ?

Graph Search de Facebook, un nouvel outil qui peut en dire long sur vos photos

La publication de photos a toujours été le cœur de l’activité du réseau social Facebook ; avec 26 millions d’utilisateurs en France et 1,23 milliards dans le monde, le partage de photos est devenu un moyen d’expression privilégié et un objet de toutes les attentions. Tag, géolocalisation, reconnaissance faciale, tout est mis en place pour aider le partage des photos comme leur identification.

Toutes les secondes plus de 2 263 photos sont mises en ligne sur Facebook, soit 2 716 000 photos toutes les 20 minutes et plus de 71.425 milliards de photos par an. Source : Planetoscope, statistiques mondiales en temps réel.

Déployé en juillet 2013 aux Etats-Unis, Graph Search est un nouveau service offrant une nouvelle façon de trouver des personnes, des photos, des lieux ou des centres d’intérêts. Plus rapide, plus intelligent et avec encore plus de résultats, Graph Search, tel un moteur de recherche à la « Google », va fouiller vos photos, celles de vos amis et toutes les photos d’individus rendues publiques pour répondre au mieux à vos requêtes. Ainsi, le plus gros détenteur de photos sur internet devient le plus grand moteur de recherche interne de photos personnelles. Et ce n’est que le début : d’autres options vont être développées, qui permettront d’effectuer des recherches par sujets, tendances (Trending) et nos commentaires pourront être fouillés et scrutés en 1 clic. Ces développements du Graph Search feront de Facebook le nouveau moteur de recherche n°1 de données personnelles.

Contrôler ce qui apparaît dans Graph Search

La biométrie, perçue par nombre d’experts comme une tendance lourde pour les dix prochaines années.

Source : CNIL.

Tous les résultats de Graph Search sont personnalisés et apparaissent différemment selon vos amis. Il en résulte que toutes vos photos ou commentaires sur photos publiques sont trouvables plus facilement. Facebook va t-il encore plus devenir le paradis des « stalkers » (harceleurs) ? Pour faire l’essai avant le déploiement du service en France, rien de plus simple : il vous suffit de changer les paramètres de votre profil en langue « US ».

Après un essai personnel de l’outil, je retrouve en une page toutes mes photos, y compris des photos prises par des amis il y a quelques années dont l’album était resté “public” et dont j’avais oublié l’existence. Les recours ? Demander aux intéressés de changer les paramètres de leur album à « privé » ou de me « détaguer ». Deuxième recherche : mes amis peuvent désormais en quelques secondes voir toutes les photos que j’ai pu « aimer » depuis que mon compte Facebook a été ouvert, tout est désormais centralisé en une page. Autre recherche : je peux voir toutes les photos sur lesquelles j’ai commenté. Finalement, je saisis une requête sur ma ville, et là, j’ai accès à toutes les photos publiques géolocalisées, j’y trouve une variété de photos, des monuments, des touristes, mais également une adolescente posant en bikini à la piscine municipale ou un jeune garçon chez lui dans son salon, je peux bien sur cliquer sur leurs profils et voir d’autres données. L’étendue des trouvailles démontre bien comment les jeunes, et les moins jeunes, n’ont pas forcément conscience de ce qu’ils partagent sur la toile.

  • 58% des internautes déclarent publier des photos sur des sites, blogs ou réseaux sociaux. Ce chiffre atteint 86% chez les 18-24 ans.
  • Plus de la moitié des internautes (54%) prennent des photos d’abord dans le but de les publier.
  • Plus de 40% des internautes avouent rechercher des photos d’eux ou d’autres personnes via un moteur de recherche, par curiosité ou avant un rendez-vous par exemple. 
Près de 60% chez les 18-24 ans.

Source : TNS Sofres.

Les moyens de se protéger reposent bel et bien sur notre attention particulière lors de la sélection de nos paramètres de confidentialité.

Un article et une vidéo publiés par Lemonde.fr en juillet 2013 sont dédiés à la compréhension du nouveau service Graph Search et à une protection efficace des données.


Facebook : « Graph Search » expliqué en patates par lemondefr

Les vrais dangers de la reconnaissance faciale : lorsque Facebook dévoile DeepFace et que les Google Glass peuvent vous reconnaître dans la rue

La reconnaissance faciale ou « de visage » consiste à reconnaitre automatiquement une personne à partir d’une image de son visage. Son utilisation en vidéo-surveillance, biométrie, robotique, indexation d’images et de vidéos est bien connue et acceptée de tous. Cependant, ses nouvelles utilisations sur la Toile sont particulièrement controversées surtout lorsque Facebook dévoile DeepFace, la reconnaissance faciale haute performance grâce à un algorithme aussi efficace que l’œil humain (taux de réussite à 97,25 %, là où la moyenne humaine s’établit à 97,53 %). DeepFace sera officiellement dévoilé par la firme à la conférence Computer Vision and Pattern Recognition qui aura lieu fin juin à Columbus, dans l’Ohio. Mais ce service sera t-il un outil à part entière ou une extension de Graph Search ?
Source : www.lesnumeriques.com

Pendant ce temps, des applications non-officielles sur Google Glass sont développées. Ces technologies permettent déjà de reconnaître l’identité d’un inconnu. Voir comment l’application « NameTag » dans la vidéo ci-dessous rapproche la science fiction de la réalité :

Un nouveau projet de moteur de recherche Québécois basé sur la reconnaissance faciale est également en recherche de financement ; Huiiz face search engine propose de retrouver, à partir de la soumission d’une simple photo, toutes les photos de cette personne accessibles sur le net, ouvrant la porte à tout employeur de trouver plus d’informations sur un candidat.

Mais qu’en sera-t-il de notre droit à la vie privée ? Vos photos non-taguées sur la toile ou même votre propre visage vous trahiront-ils un jour ? Est-ce que tous nos contenus personnels deviennent publics dès lors qu’ils sont postés sur la toile ? Faut-il éduquer les utilisateurs d’internet concernant leur e-réputation ou demander un renforcement des moyens de protection ?

Laure Doucet

Menu Principal