Vous avez dit «Buzz» ? Du live comme vous n’en avez jamais vu !

Societe e-reputation

Créer de la visibilité grâce au buzz est une aubaine, les agences de communication et les spécialistes en marketing l’ont bien compris. Néanmoins avec l’avènement des moyens de communication 2.0 et leur utilisation par des internautes lambdas, il n’est pas sans rappeler que cela comporte des risques.

Le buzz : tendance marketing à double tranchant

En 2012/13, les étudiants webmasters du Lycée Saliège publient une newsletter qui commente son utilisation, le buzz est «l’une des tendances lourdes du marketing» avec ses bonnes et mauvaises actions, le choix de sa communication peut avoir de lourdes conséquences.

Lire la newsletter : Le buzz marketing une réelle opportunité

Toutefois «faire le buzz» n’est pas aussi simple qu’il n’y parait, et personne n’est à l’abri du «bad buzz».
Effectivement la réactivité de la communication «en live» permet de propager le «bad» comme le «good» buzz en un temps record.

L’étude de l’agence de conseil juridique londonienne «Freshfields Bruckhaus Deringer» montre qu’un bad buzz peut avoir des répercussions pour une société à long terme, causer des dommages pour les années à venir et surtout se répandre à l’échelle mondiale à une vitesse déconcertante.

Étendue de la propagation d’une information à l’ère du digital :

Infographie de la propagation du digitaleSource : www.freshfields.com

« En moins d’une heure, l’élément de crise est transmis à 28% à l’international. C’est en moyenne 21 heures qu’il faut aux sociétés pour publier à leur tour un communiqué externe et pour 18% des incidents, il en faudra 48 heures de plus. En 24 heures, la contagion s ‘étend à l’international à 69% et se répand en moyenne à 11 pays. 1 an après l’exposition au «bad buzz», 53% des entreprises n’ont pu retrouver le cours de leurs actions avant crise. »

Tout comme un «good buzz», cette communication en live est un coup de marketing qui se tente un peu au culot.

Les buzzs les plus marquants de ces dernières années

Sport, Musique, Voyage, Banque, Film… Tous les sujets y passent !!

Publicité de marques :

En Octobre 2012, Go Pro et RedBull marquent un coup énorme avec la diffusion en live de l’exploit de Félix Baumgartner. Parachutiste autrichien, il est le premier homme à franchir le mur du son en chute libre après avoir sauté d’une altitude de 38 969,3 m2. Le record s’associe à une communication 360° qui inscrit ces deux marques adeptes de sensation forte dans l’ère du buzz en live à l’échelle mondiale.

En réfléchissant un peu, personne n’aurait pu mesurer le désastre qu’aurait pu engendrer un raté de cette aventure.

Le monde du tourisme via «WestJet» fait également son show. La compagnie aérienne n’est pas à son coup d’essai, mais celui de l’année 2013 marquera les esprits des heureux participants. Ceux qui pensaient juste à une plaisanterie se sont fait surprendre quand le Père Noël a réalisé leurs vœux à l’atterrissage de leur avion.

Voir la vidéo : WestJet – Un Joyeux Buzz…

Promotion d’artistes :

Dans un tout autre registre mais également à grande échelle, le milieu de la musique fait son live :

Pharell Wiliams et son clip Happy de 24h fait le tour de la planète en un temps record et a été repris des millions de fois sur les réseaux sociaux.

Miley Cyrus qui use et abuse du buzz. Entre tirages de langues, positions obscènes, tenues extrêmement légères et fumer de la marijuana lors des MTV Awards d’Amsterdam ; cette artiste a saisi comment faire du live son meilleur atout. So Chocking !!

Permettre aux artistes d’être en tête d’affiche c’est aussi à ça que sert la communication en live.

Promotion cinématographique :

JC Decaux fera un coup à 10 000$, lors de la promotion du film le «Loup de Wall Street» en plaçant une centaine de billets de 100$ dans un abribus en Australie. Un coup de pub impossible encore à réaliser en France.

Le selfie d’Ellen DeGeneres bat quant à lui tous les records de tweet et créé le buzz en live pour une petite pizzeria en se faisant livrer en direct les spécialités italiennes lors de la remise des Oscars.

Les francophones ne sont pas à la traîne :

Stromae, a ainsi lancé la communication de son nouvel album en se baladant dans les rues de Bruxelles en état d’ébriété pour réaliser le clip de sa chanson «Formidable».

Un coup de génie et une performance de l’artiste que l’on voit quitter l’avenue Louise en adressant un clin d’œil à son ami, le tout bien-sûr réalisé en caméra cachée.

L’auteur/compositeur/interprète et qui plus est producteur belge a bien compris l’importance de cet outil de communication qui fait fureur outre-Atlantique puisqu’il renouvelle sa performance dans le métro de Montréal ou sur le plateau de l’émission «Le Grand Journal» où il interprète « Tous les mêmes un autre de ces titres ».

Voir la vidéo : Tous les mêmes – STROMAE au Grand Journal

Côté «Bad Buzz» :

La Caisse d’Epargne, a quant à elle essuyé les critiques de ses internautes en lançant la communication d’un nouveau produit sur un esprit décalé. Utiliser la photographie de leur mascotte, un écureuil en position délicate, n’a pas du tout plu aux utilisateurs du réseau social Facebook.

Abercrombie and Fitch a dû publiquement expliquer pourquoi ils ne produisaient plus de vêtements au-dessus de la taille 38.

Permettre aux utilisateurs 2.0 de demander des comptes aux sociétés, c’est aussi à ça que servent les outils du live. Un coup de gueule qui peut s’avérer coûter très cher.

Être réactif et expliquer sa position tout en donnant des excuses publiques sont les démarches à suivre quand le «Bad Buzz» s’empare de vous.

Incontournable dans une communication à 360°, cette tendance ne met personne à l’abri.
Et vous, tenteriez-vous d’être l’un des plus gros buzz de 2014 ?

Pour aller plus loin :

Les cinq bad buzz qu’il ne fallait pas rater en 2013                        Les cinq buzz qu’il ne fallait pas rater 2013

Nour HAJAR

Mots clés
· ·
Catégories
Société
Menu Principal